vendredi 10 octobre 2014

Le harcèlement, la rue et moi


C’était hier, un article à la une de la République du Centre.

Le harcèlement de rue, encore ? J’avais l’impression d’en avoir les oreilles rabattues. L’air du temps, la tendance ? Cela finissait par m'agacer. J’étais là à ronchonner devant ma tasse de thé et puis j’ai commencé à lire l’article. Il était accablant : jeunes, moins jeunes, jolies, moins jolies, blondes, brunes, rousses, minces, grosses, grandes, à pois, à fleurs, en jean, en jupe ou en short. Un peu de moi dans celle-ci, un peu de moi dans celle-là. Un peu de nous toutes.

J’ai plongé dans l’écœurement. Celui d’un regard plus appuyé. Du verbe insistant. Du geste déplacé. La violence ordinaire, commune, quotidienne. 

Combien de fois cela m’était-il arrivé sans que je ne m’en rende compte ? Sans que j'ose mettre ce nom, il est si fort, sur ce comportement. 

J’ai repensé à un trottoir à deux pas de chez moi sur lequel je ne passais plus. Je traverse désormais systématiquement la rue pour éviter cette terrasse de café et sa brochette de fumeurs affalés sur leur chaise.
Je ne supporte plus de sentir leurs regards me tripoter. Ces yeux dans mon dos. Dans mon dos ? Bel euphémisme !
- Ouah le c…
Les ricanements gras. Les sifflements et les gestes explicites.
J'hésite aussi à aller me balader – avec mon chien pourtant – sur cette belle promenade plantée d’arbres de l’autre côté de la ville. J’en ai eu marre de forcer le passage face à des hommes désœuvrés, toujours en bande. Marre de faire comme si je les ignorais. 
- Jolie Mademoiselle…
- On peut vous accompagner ?
- Vous avez du feu ?
Ou alors le tutoiement devenu agressif.
- Tu réponds pas ?
- T’es b…
Marre d'avoir la trouille de ces yeux qui semblent me déshabiller, ces mains qui font semblant de s'avancer et me  forcent à m'écarter.
Comme ce week-end dernier sur le marché, dans la file d’attente du maraîcher, où je me suis justement écartée deux ou trois fois afin d'éviter le frôlement de cet homme beaucoup trop proche de moi sans aucune nécessité. 
A moins que…

Alors c'est donc ça. Et même si j'entends déjà les cris de certains, les commentaires sur le fait que, finalement, je devrais être flattée, les il ne faut pas voir  le mal partout, et toutes les inepties qui peuvent être rabâchées face à cette banalité insidieuse, il faut que je l'écrive noir sur blanc. 
Moi aussi, j'ai été victime du harcèlement de rue. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...