lundi 29 août 2016

Instantané


Ce soir j'aimerais être plusieurs jours en arrière, me retrouver au moment par exemple où nous avions pris cette photo de ma fille.

J'ai envie de revivre cet instant précis, sentir souffler le vent, entendre la mer gronder et le claquement des vagues lorsqu'elles déferlent sur les rochers, respirer le parfum iodé et fort des embruns et du goémon.

Ce soir j'aimerais être plusieurs années en arrière et être cette jeune fille sur le bord de l'océan.
J'aimerais avoir ses préoccupations, m'inquiéter de la classe où je vais me retrouver, savoir avec quelle copine je partagerai cette nouvelle année.
Ce soir j'aimerais avoir sa jeunesse, sa liberté, ses rêves de 14 ans.

Ce soir, je déteste les lumières rasantes, la nuit qui tombe comme un rideau alors que l'on a envie encore de traîner dehors, la fraîcheur qui s'installe trop tôt.

Je n'aime pas le retour de vacances parce que je sais que l'on ne revient pas en arrière et que ce que l'on a fait il y a une semaine est bel et bien révolu.

Ce soir je n'aime pas me dire qu'un été de plus est passé, que j'en ai déjà vécu 51, et que c'est beaucoup plus que 14.

Ce soir je n'aime pas mon moral, mon impudeur, ces mots qui sortent de moi comme par mégarde et que je ne retiens pas. Pourtant ce soir, je ne me cache pas. Je suis moi à cet instant présent de ma vie.

dimanche 7 août 2016

Lovers


Réminiscence. 
Je suis sur le chemin, dans le parfum entêtant du blé chaud, le soleil sur mon cou comme un baiser mordant et le vent qui m'enlace, qui me prend à bras le corps. 
Tout est calme, et si je me retourne, j'aperçois à l'horizon le ruban d'asphalte, les petites voitures qui y circulent silencieusement.
Je suis au cœur d'une histoire sans paroles.
Un petit papillon tout blanc virevolte, solitaire, dans mon ombre.
J'ai déjà vécu cette scène tant de fois, et pourtant je ne me lasse jamais du ciel uniformément azur, la paille blonde qui ondule à perte de vue, la perfection surtout dont l'été est capable.
J'ai envie de chanter, abandonnée au milieu de cette carte postale, et la mélodie qui me revient est celle, déchirante, de Lovers, cette chanson que j'ai tant aimé chanter.
Ecouter Lovers, de Shigueru Umebayashi, interprété par Kathleen Battle