samedi 28 juin 2014

A en pleurer de bonheur...



Voila-t-y pas que je viens de verser ma petite larme et franchement je n'ai pas honte de le dire même si ma petite chérie dit que j'exagère.
J'ai toujours adoré cette chanson Stand by me mais quand la musique voyage ainsi autour du monde, oui c'est du bonheur, de l'émotion et cela fait monter les larmes aux yeux...
Alors regardez, écoutez, goûtez, savourez … c'est un cadeau, c'est pour vous et c'est tout naturellement merveilleux.


vendredi 27 juin 2014

Brune

Tu es très belle comme ça…

Petite phrase lancée au passage par mon grand alors que je suis en train d'éplucher une salade.
- Comment ça ?
- En brune…

Je viens de faire une couleur et je confirme mes cheveux sont en effet très bruns mais…
- Mais je suis toujours brune !

Une fois, mais mon grand n'était encore qu'un bébé, j'ai été presque blonde du fait d'un coiffeur persuasif et maladroit qui m'avait convaincu de faire des mèches pour donner de la lumière ma chevelure. Il avait juste oublié son minuteur !
- Oui je sais de toute façon, je ne t'imagine pas en blonde…
Il me semble percevoir un regret dans sa voix.
- Tu préférerais avoir une mère blonde ?
- Je n'ai pas dit ça … de toute façon ça ne t'irait pas du tout !

L'art de poser des questions dont les réponses peuvent faire mal.

mardi 24 juin 2014

Sherry chérie



J'ai un chat dont je ne parle pas souvent et pourtant…

Sherry, elle se nomme Sherry parce que la chienne s'appelle Coca et que les enfants ont eu l'idée lumineuse du Coca Sherry™.
Donc elle répond au doux nom de Sherry, homophone de Chéri(e), ce qui peut parfois prêter à confusion lorsque je l'appelle et qu'une voix humaine me répond.

Sherry est un félin pacifique facile à vivre : elle s'entend à merveille avec la chienne, s'est découvert une passion pour Sushi et son bocal qu'elle considère comme son écuelle d'eau, ronronne dès qu'on lui parle, ne sort jamais les griffes… Enfin jusqu'à récemment.

Parce que souvenez-vous en avril dernier, les hirondelles sont revenues nicher dans ma grange (relire l'épisode Le retour). Depuis elles ont construit leur nid, conçu leurs petits, couvé leurs œufs qui ont fini par éclore.
Et c'est là que les choses se compliquent : ce nid rempli de gazouillis et les allées et venues des parents nourriciers ont très rapidement éveillé chez Sherry son instinct de prédateur.

Donc ce qui devait arriver est arrivé et la semaine dernière, la chatte et l'hirondelle se sont affrontées en combat singulier : 20 minutes d'une lutte âpre et intense, chacune des deux y mettant toute son énergie. Sherry dont c'était la première expérience guerrière a échoué et l'oiseau est parvenu à s'envoler.

Depuis la guerre est bel et bien déclarée : dès que l'ombre féline se profile dans la cour, l'alarme est donnée à coup de pépiements stridents et les attaques aériennes s'enchainent en piqués et loopings kamikazes… la chatte n'étant pas résolue à cesser les hostilités.

Ce ballet incessant et énervant a très vite convaincu Coca de rentrer dans la bataille. Chien et chat se sont donc alliés pour lutter contre le péril passériforme.

Pour le moment, alors que j'écris ces mots, Coca goûte le repos du guerrier à mes pieds et il m'est difficile de faire des pronostics quant au dénouement de cette histoire.
D'ici que les hirondelles demandent du renfort de leur côté… Je commence à éprouver quelques angoisses : comment la paix pourrait-elle revenir ?

Dans la grange, Sherry monte la garde. Le combat continue.

mercredi 18 juin 2014

Comme un poisson dans l'eau



Ce matin, 10 heures… 

Oui, il existe certains avantages à ne pas travailler le mercredi. Et notamment celui de s'accorder un temps à soi, rien qu'à soi. D'oublier la course, les courses, tout ce qu'il y aurait à faire, tout ce qu'on ne va pas faire, tout ce qu'on aurait dû faire et que l'on ne regrettera pas de ne pas avoir fait parce que, justement, il y aura eu ce temps à soi.
Précieuse parenthèse qui vide la tête, dissout les tensions du corps. Plongée dans un océan de bien-être. Immersion totale.
Je sens le vent frisquet sur mes épaules. Et les muscles négligés ces derniers temps heureux de ce retour aux sources.
J'ai le bassin, les maîtres nageurs pour moi seule. Et le ciel immense au-dessus de moi quand je passe sur le dos.
J'attaque ma énième longueur, je ne compte pas, je nage, lorsque surgit de nulle part ma copine Nelly*. Nous nous partageons l'espace. Quelques mots qui s'échangent lorsque nos respirations hors de l'eau se coordonnent au moment où nous nous croisons.
Survient une troisième personne : c'en est trop pour moi.
Je sors de l'eau par la petite échelle d'aluminium qui miroite au soleil.
Mon corps est juste bien. Ressourcé. Comme neuf après ce temps pour lui.

Un temps où je me suis sentie comme un poisson dans l'eau.

*Nelly est en fait le surnom dont j'ai baptisé un jour ma copine à l'occasion d'une répétition de chant particulièrement agitée… En référence à la Nelly Oleson de La petite maison dans la prairie, ses charmantes boucles blondes et surtout ses répliques acérées… Réminiscence enfantine ! 

Comme t'y es belle

J'avais prévu d'aller me coucher tôt…

J'étais fatiguée, j'avais mal à la tête mais j'ai jeté un dernier œil à la télé et je suis tombée sur ce film.
Je n'ai pas résisté. Plein d'imperfections, de clichés et de détails agaçants mais à chaque fois que je le revois, c'est le même scénario, je me laisse prendre à son jeu.
Mon cœur de midinette ne résiste pas à ce genre de film. J'en ai toujours une petite collection dans ce registre. Des histoires de copines, d'amour et de vie avec juste ce qu'il faut d'éclats de rire, de larmes et de rêve.
Et puis, ou plutôt surtout, Valérie Benguigui* y joue l'un des rôles titres, avec sa beauté ordinaire, son regard un peu triste, son envie qu'on l'aime pour ce qu'elle est et sa soif de bonheur à tout prix.
Du coup je suis allée jusqu'au bout du film et je suis là, à minuit passé, à repenser à tout ça, à me dire que la vie parfois passe trop vite, qu'elle n'est pas forcément juste et qu'elle peut s'arrêter brusquement sans que l'on sache pourquoi ou que l'on ait rien fait pour. Et je n'ai plus du tout envie d'aller me coucher.

Comme t'y étais belle, Valérie.


*Valérie Benguigui est morte en septembre 2013.


lundi 16 juin 2014

Fin



Je n'aime pas finir certains livres…

J'ai toujours l'impression, et d'avance vous me pardonnerez cette formule toute faite, qu'une page va se tourner.
Je retarde le moment de terminer. Je trouve quelque chose d'inutile ou d'extrêmement banal à faire. Je me contrains à lâcher l'histoire, l'air de rien, négligemment pour ne pas lui donner trop d'importance.
J'y reviens ensuite, malgré la raison qui voudrait que je ne finisse jamais.
Et quand vient l'instant fatidique, ces quelques pages devenues trop maigres sous les doigts, je suis prise par une forme de vertige. Ou même d'écœurement comme après un repas trop savoureux.
Alors je contrôle le temps qu'il me reste, je ne m'essouffle pas, je mesure le chemin. Je lis, relis, je dévore chaque mot du regard. Mais arrive forcément la dernière. Page, phrase. Et le point. Seul ou à trois. Toujours final.

Marie-Hélène Lafon, L'Annonce. Très belle histoire d'amour. Je n'avais pas du tout envie que s'arrête cet étrange récit dans lequel j'étais pourtant entrée à contrecœur et dont le style me dérangeait un peu. Mais le récit m'a emportée et Paul, Annette, Eric, Nicole et tous les autres vous me manquez déjà.  

mercredi 11 juin 2014

Jeu de mot

Jour d'audition 
à l'école de musique

Et comme tous les ans, je peste parce qu'on ne connait pas le timing
du D-day.
- Comment peut-on être ausi inorganisé ?
Mon amoureux, sans doute las de m'entendre râler sur ce sujet.
-… désorganisé plutôt…
- … non inorganisé… Désorganisé signifierait qu'il y a eu organisation…
- Je préfère désorganisé.
J'entends par là qu'il préfèrerait clore ainsi le débat.
- On voit que tu n'as jamais été confronté à cette inorganisation !
Je repense à la journée des inscriptions en septembre dernier.
- Je ne suis même pas sûr que inorganisé soit dans le dictionnaire.
Il pense avoir trouvé le moyen de se sortir de ce guépier.
- Si tu voyais comment sont organisées les inscriptions, tu percevrais mieux le sens du mot inorganisé… C'est tout simplement… il n'y a pas de mot assez fort pour décrire… c'est carrément …
J'hésite à franchir le pas.
- … tu veux dire le bordel : c'est bien le mot que tu cherchais ?
Il a vraiment le sens des mots.

Post scriptum pour mon amoureux Désorganiser (v.t.) Altérer, détruire l'organisation de. Introduire le désordre dans un ensemble organisé. Inorganisé adj. qui n'est pas organisé.  Oui je sais, le premier est un verbe, le second un adjectif et donc la nuance, bla-bla-bla, bla-bla-bla- bla-bla-bla… 

lundi 9 juin 2014

Ma fête des voisins

Je trouve ce petit mot dans ma boîte à lettre…

Une peu agacée, je suis. La dernière fois que j'en ai trouvé un, c'était parce que, paraît-il, mon chien n'avait de cesse d'aboyer la nuit quand il me prenait l'envie d'aller dormir chez mon amoureux.
Après avoir promis de ne plus recommencer, j'avais dû visiter la maison entière y compris la salle de bains et les toilettes, admirer 25 photos encadrées des enfants, gendres, belles-filles, petits-enfants, écouter les CV de chacun et promis que oui, un soir, je viendrais jouer à la belote alors que je déteste les cartes.
Après cette visite, mon chien n'avait plus fait entendre parler de lui puisque dès qu'il me prenait l'envie de découcher, je l'emmenais avec moi. La vie avait donc sagement repris son cours.
Jusqu'au jour où j'avais assisté au départ de madame en ambulance sous les yeux humides du monsieur qui agitait tristement sa main en signe d'au revoir. A la suite de quoi, je m'étais enquise régulièrement de la santé de madame et avais convié le monsieur triste à un apéritif sur ma terrasse… Lequel n'avait rien trouvé de mieux que de m'entreprendre. J'avais mis du temps à saisir que ce regard que je croyais bienveillant était en fait fixé sur mon décolleté et qu'en fait d'apéritif, le monsieur me proposait "d'unir nos solitudes le temps que sa dame était à l'hôpital" (sic) … L'arrivée inopinée de mon amoureux et son 1,97 m m'avaient sorti de ce mauvais pas et mon voisin était vite reparti chez lui.
Depuis, la dame étant rentrée chez elle, j'entretenais des relations de voisinage courtoises quoiqu'un peu froides, bonjour bonsoir il fait chaud froid gris vous allez bien, chacun chez soi et les vaches étaient bien gardées !
Jusqu'à ce matin où je sonne donc à la porte d'à côté…

- Bonjour vous allez bien ?
C'est madame qui ouvre.
- Je vous préviens, je n'ai pas beaucoup de temps…
Je préfère anticiper.
- On vous guettait mais comme vous ne rentrez jamais à la même heure, on a préféré vous mettre un petit mot…
Monsieur apparaît à son tour.
- C'est pour ça…
Et il tend sa main vers un gros paquet.
- On a livré ça pour vous !
Je respire.
- Ah comme c'est gentil, normalement ils devaient livrer mercredi…
- On a vu le livreur et on a pensé qu'on pouvait signer pour vous…
Je m'apprête à leur sortir le couplet des transporteurs qui ne respectent jamais les jours et les horaires mais…
- … d'ailleurs il vous connaissait le livreur…
- Moi ?
- Oui il vous avait déjà livré des fleurs le jour de la fête des mères…
(cliquer ici pour lire ou relire l'épisode du 24 mai 2014, Mes chéris)
- Oui, oui… d'ailleurs…
Madame intervient.
- Sauf que moi aussi je devais en recevoir des fleurs, tous les ans, mes enfants m'en font livrer…
- … c'était un beau bouquet…
- … sauf que cette année, c'est vous qui les avez eues les roses !
Je sens que le ton est sec. Non ce n'est pas possible, ils ne vont pas croire que …
- … parce que c'était bien des roses qu'il vous a déposées, non ?
Mais oui elle croit que je lui ai volé son bouquet !
- Enfin les fleurs, passe encore, mais il y avait une photo avec…
A toute vitesse, je me précipite hors de cette maison, je file chez moi, je saisis la carte encore accrochée sur le frigo et je reviens chez mes charmants voisins.
- Voilà la carte qui était avec mon bouquet : vous voyez bien que ces fleurs m'étaient destinées…
Monsieur et madame se regardent un peu embarrassées.
- On n'a pas dit ça mais vous comprenez tous les ans…
- Le livreur n'a pas fait son boulot, c'est aussi simple que ça.
Mon ton est cassant. Ils n'en mènent pas large.
- Tu vois bien, chéri, je t'avais dit que c'était pas trop le genre de la dame de faire ça…
Ils ont donc vraiment pensé que j'avais gardé leurs fleurs de la fête des mères. Mieux vaut quitter les lieux avant que j'explose.
- Bon, il faut que j'y aille, bonne journée !
- Attendez, vous allez tout de même boire quelque chose…
Je referme leur porte. Ils joueront à la belote à deux.

Moi une voleuse de fleurs ? C'est le bouquet !

vendredi 6 juin 2014

D Day


6 juin 1944, Omaha Beach

Je me souviens que la première fois que j'ai vu la plage d'Omaha,
il faisait grand soleil comme aujourd'hui.
La mer l'avait découverte à perte de vue et l'horizon était pacifique.

Nous étions passés avant par le cimetière américain de Colleville-sur-Mer, surplombant Omaha.

9 388 croix blanches ou étoiles de David.
307 inconnus.
4 femmes.
Une marée humaine étendue à perte de vue.

Il paraît  que le 6 juin, la plage était rouge de votre sang.
Que vous aviez le mal de mer. Que vous étiez terrorisés.
Vous aviez froid.
Saviez-vous ce qui vous attendait ?
Je me demande ce que vous êtes devenus.
Vous étiez tous si jeunes.
Vous étiez venus pour nous libérer de la barbarie.

Vous en avez trouvé une autre.

Minute de silence.


mercredi 4 juin 2014

Les tisanes d'Anaïs

Anaïs s'en va-t-en guerre… 

… Et franchement, même s'il pleut et que vous n'avez pas la pêche, si vous vous posez des questions sur le sens de votre existence, si vous en avez marre d'acheter des trucs sans goût, sans saveur, sans couleur, si vous avez envie de vrai, d'authentique, si vous aimez les herbes folles, les simples, prenez 50 petites minutes pour regarder ce documentaire.
Parce qu'Anaïs les vaut bien...
Je crois qu'après vous n'aurez plus le même regard sur la terre, la nature, la vie. Et que c'est ainsi, grâce à toutes les Anaïs de notre planète, qu'on pourra changer le monde. 

mardi 3 juin 2014

Qui c'est le chef ?

Je ne pensais pas que ça durait aussi longtemps. 

Prise d'un gros coup de flemme juste après le dîner, j'ai juste envie de me vautrer un moment en regardant une petite connerie à la télévision.
A coup de zappette, j'atterris dans un univers de saveurs sucrées.
- … ça tombe bien je n'ai pas pris de dessert…
Œufs de Pâques, bûche de Noël (pas vraiment de saison), bavarois, éclairs, crème pâtissière, chantilly, chocolat, fraises des bois, meringue, mille-feuilles… Je viens d'entrer dans les cuisines de "Qui sera le prochain grand pâtissier".
- C'est bon : je ne vais pas avoir à trop réfléchir…
Et même si je ne suis pas bec sucré, je commence à saliver un peu.
Mais l'ambiance est chaude : il faut que les desserts soient prêts dans le délai imparti, ça court, ça tremble. Je frémis avec les candidats.
Les violons et la grosse caisse se déchainent.
Elle n'est pas forcément sympathique mais j'ai quand même un peu de peine pour elle qui vient d'être éliminée et essaye de retenir ses larmes.
La musique dégouline. Les cadences s'enchainent. Les doigts dans la crème. Je commence à être écœurée.
A chaque fois que je me dis que c'est terminé, c'est reparti. Nouvelle épreuve. Nouvelle pâtisserie. Nouveau stress.
Interminable : ça ne finira donc jamais ?
Trop de sirop, trop de crème, trop de tout. Je n'en peux plus. C'est l'indigestion. La crise de foie assurée.

J'éteins la télévision, je me prépare une tisane et je vais me coucher…

lundi 2 juin 2014

J'aime

Hier je lui ai rendu visite dans son jardin.

J'aime ce jardin un peu fou où l'on peut se perdre dans un dédale de pétales, juste pour le plaisir de la rime facile.
J'aime les noms de ces fleurs dont on ne se souvient jamais, licknis, nigel de damas, ancolies, heuchères, juste pour le plaisir d'y glisser une ou deux fautes d'orthographe au passage.
J'aime les guignes acides et les figues vertes, juste pour le morceau d'été qui s'y dessine déjà.
J'aime les roses anciennes qui fanent sur la treille, juste pour leur parfum impossible à décrire.
J'aime les couleurs qui se mixent dans une cacophonie lumineuse, juste pour défier les règles chromatiques.

J'aime ce jardin que les peintres aimeraient. Ce jardin qui enivre le nez. Ce jardin qui donne envie de pleurer. Ce jardin où tout pousse. Ce jardin où le temps est arrêté.

J'aime la salade verte et rouge mangée ce soir.

J'aime ce jardin tout entier.

Ce n'est pas un jardin, c'est un rêve*.

*(sic) ma fille, 11 ans.