lundi 9 juin 2014

Ma fête des voisins

Je trouve ce petit mot dans ma boîte à lettre…

Une peu agacée, je suis. La dernière fois que j'en ai trouvé un, c'était parce que, paraît-il, mon chien n'avait de cesse d'aboyer la nuit quand il me prenait l'envie d'aller dormir chez mon amoureux.
Après avoir promis de ne plus recommencer, j'avais dû visiter la maison entière y compris la salle de bains et les toilettes, admirer 25 photos encadrées des enfants, gendres, belles-filles, petits-enfants, écouter les CV de chacun et promis que oui, un soir, je viendrais jouer à la belote alors que je déteste les cartes.
Après cette visite, mon chien n'avait plus fait entendre parler de lui puisque dès qu'il me prenait l'envie de découcher, je l'emmenais avec moi. La vie avait donc sagement repris son cours.
Jusqu'au jour où j'avais assisté au départ de madame en ambulance sous les yeux humides du monsieur qui agitait tristement sa main en signe d'au revoir. A la suite de quoi, je m'étais enquise régulièrement de la santé de madame et avais convié le monsieur triste à un apéritif sur ma terrasse… Lequel n'avait rien trouvé de mieux que de m'entreprendre. J'avais mis du temps à saisir que ce regard que je croyais bienveillant était en fait fixé sur mon décolleté et qu'en fait d'apéritif, le monsieur me proposait "d'unir nos solitudes le temps que sa dame était à l'hôpital" (sic) … L'arrivée inopinée de mon amoureux et son 1,97 m m'avaient sorti de ce mauvais pas et mon voisin était vite reparti chez lui.
Depuis, la dame étant rentrée chez elle, j'entretenais des relations de voisinage courtoises quoiqu'un peu froides, bonjour bonsoir il fait chaud froid gris vous allez bien, chacun chez soi et les vaches étaient bien gardées !
Jusqu'à ce matin où je sonne donc à la porte d'à côté…

- Bonjour vous allez bien ?
C'est madame qui ouvre.
- Je vous préviens, je n'ai pas beaucoup de temps…
Je préfère anticiper.
- On vous guettait mais comme vous ne rentrez jamais à la même heure, on a préféré vous mettre un petit mot…
Monsieur apparaît à son tour.
- C'est pour ça…
Et il tend sa main vers un gros paquet.
- On a livré ça pour vous !
Je respire.
- Ah comme c'est gentil, normalement ils devaient livrer mercredi…
- On a vu le livreur et on a pensé qu'on pouvait signer pour vous…
Je m'apprête à leur sortir le couplet des transporteurs qui ne respectent jamais les jours et les horaires mais…
- … d'ailleurs il vous connaissait le livreur…
- Moi ?
- Oui il vous avait déjà livré des fleurs le jour de la fête des mères…
(cliquer ici pour lire ou relire l'épisode du 24 mai 2014, Mes chéris)
- Oui, oui… d'ailleurs…
Madame intervient.
- Sauf que moi aussi je devais en recevoir des fleurs, tous les ans, mes enfants m'en font livrer…
- … c'était un beau bouquet…
- … sauf que cette année, c'est vous qui les avez eues les roses !
Je sens que le ton est sec. Non ce n'est pas possible, ils ne vont pas croire que …
- … parce que c'était bien des roses qu'il vous a déposées, non ?
Mais oui elle croit que je lui ai volé son bouquet !
- Enfin les fleurs, passe encore, mais il y avait une photo avec…
A toute vitesse, je me précipite hors de cette maison, je file chez moi, je saisis la carte encore accrochée sur le frigo et je reviens chez mes charmants voisins.
- Voilà la carte qui était avec mon bouquet : vous voyez bien que ces fleurs m'étaient destinées…
Monsieur et madame se regardent un peu embarrassées.
- On n'a pas dit ça mais vous comprenez tous les ans…
- Le livreur n'a pas fait son boulot, c'est aussi simple que ça.
Mon ton est cassant. Ils n'en mènent pas large.
- Tu vois bien, chéri, je t'avais dit que c'était pas trop le genre de la dame de faire ça…
Ils ont donc vraiment pensé que j'avais gardé leurs fleurs de la fête des mères. Mieux vaut quitter les lieux avant que j'explose.
- Bon, il faut que j'y aille, bonne journée !
- Attendez, vous allez tout de même boire quelque chose…
Je referme leur porte. Ils joueront à la belote à deux.

Moi une voleuse de fleurs ? C'est le bouquet !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...