dimanche 3 mai 2015

Pensées


Je me suis réveillée beaucoup trop tôt.
J'entendais la pluie tomber ou plutôt un écho de cette trainée sonore que les voitures emmènent avec elles lorsque la chaussée est trempée...
J'ai pensé que c'était ainsi, que c'était fini.
J'avais comme un poids sur la poitrine, un truc lourd et gênant qui m'empêchait de respirer normalement. Je n'étais pas bien. De vagues courbatures dans le dos.
J'ai regardé l'heure sur mon iPhone. 6 h 30.

J'ai eu un sursaut. Ce n'était pas possible. Pas aujourd'hui.
Dans la pénombre de la chambre, le chat a commencé à ronronner lorsque j'ai posé ma main sur son pelage doux. Un geste familier, presque rassurant.
Et puis j'ai entraperçu la gueule béante d'un sac de voyage. Ce qu'il fallait ranger. J'ai pensé au tas de vêtements à laver aussi. L'humidité qui allait empêcher le linge de sécher. La cave qui sentait le moisi.
J'étais mal. Mal au cœur. Mal dans les reins. Mal partout.
J'ai pensé aussi aux enfants qui dormaient encore. Je n'avais pas envie de les rendre, là, tout de suite. Les garder pour moi avec leur désordre et leurs valises à défaire alors qu'eux étaient déjà en partance pour ailleurs.
J'ai regardé l'heure à nouveau. Il était 6 h 40.
Les minutes ne passaient pas et pourtant le temps avait filé trop vite.
J'ai posé un pied par terre et je suis allée me préparer une tasse de thé.
Je n'entendais pas un bruit dans la maison à part celui de mon cafard qui tambourinait dans les flaques d'eau de la terrasse. Des plocs moroses.  Et celui plus sec de la bouilloire qui s'arrête.
J'ai pris ma tasse de thé et je suis retournée dans mon lit. J'ai enfoui mon malaise sous la couette.
J'ai tapoté une nouvelle fois sur mon iPhone, même ça je n'en avais pas envie.  Alors j'ai regardé cette photo prise juste avant le départ.
J'ai pensé que j'aurais pu la légender : "La plage à marée basse et ses états d'âme".
Comme les reflets de ma morne humeur matinale.

2 commentaires:

  1. Ca fait toujours ca quand on revient de la mer.
    C'est le prix de l'air iodé et des pieds dans l'eau salée
    isa

    RépondreSupprimer
  2. Il reste les beaux souvenirs à savourer au chaud, sur son canapé-plaid-tasse-de-thé, au retour des vacances. Hum, que c'est bon !

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...