mardi 26 mai 2015

Confiteor

De Inepto Puero, traduction latine
du Journal d'un dégonflé, best-seller du préado signé Jeff Kinney. 

Tu es une mère indigne !
C’est ce que m’a dit ma petite chérie, il n’y a pas longtemps…
Lorsque j’ai attendu mes enfants, je m'étais toujours promis de ne jamais céder à cette terrible tentation qui consiste à transférer sur sa progéniture tous ses beaux rêves avortés.
Et même si j’ai rêvé que mon enfant devienne un jour un virtuose du piano, un pionnier de la chirurgie, un aventurier de l’écologie, un héros de l’humanitaire, et j’en passe et des meilleurs, je ne l’avouerai pas. Qu’il-elle sache lire à 1 an et demi et maîtrise les racines carrées à 2 ans, devienne bilingue sans même sans rendre compte juste en visionnant Dora l’exploratrice à 2 ans et demi, etc. encore moins.
J’ai souhaité que mes enfants se construisent harmonieusement dans un cadre épanouissant où je leur inculque des valeurs personnelles mais tout aussi universelles basées sur l’ouverture au monde et à l’autre, la tolérance… bla bla bla, etc.
Bon j'ai bien eu de grands principes d’éducation et bon sang que c’est chiant pénible parfois.
Par exemple, j’avais dit pas de télé: j’ai tenu bon quelques années avant de craquer pour un écran si petit que mes amis quand ils venaient chez moi continuaient à me dire « oui enfin toi tu n’as pas de télé… » Et on peut le dire, mes enfants ont bien rattrapé leur retard depuis que j’ai pris le réflexe de l’écran évolutif, celui qui grandit en même temps qu’eux. Après j’ai dit télé oui mais Arte… autant dire que ce principe a été quelque peu mis à mal avec l’arrivée de la Tnt. Et puis il y a eu le ok pour la Tnt mais pas de téléréalité.
Bla bla bla, etc.
J’ai pratiqué aussi le « au lit pas plus tard que 20 h – 20 h 30 le week-end » … qui évidemment ne fonctionne jamais lorsque tu rentres du boulot pour trouver un frigo vide, le téléphone qui n’arrête pas de sonner, qu’il y a toujours un ami pour passer juste au moment où, et que finalement à 20 h, tu viens juste de poser la première casserole sur le feu. Quant au week-end, idem que l’écran de la télé, le créneau horaire est tout aussi évolutif.
Il y a plein d’autres sujets sur lesquels j’avais des principes. Je vais vous les épargner sous peine de tomber dans le panneau de la mère narcissique et nombriliste qui se la joue mère parfaite… Et ça aussi c’est chiant pénible parfois.
En gros j’ai cédé sur plein de choses. J’ai renoncé à de nombreux combats. J’ai acheté ma tranquillité. J’ai dérogé sur des règles de base et j’ai appris surtout le sens intrinsèque du verbe "composer".
Et j’ai trouvé que c’était finalement beaucoup plus enrichissant pour ma relation avec mes enfants.
Et pourtant ma petite chérie l’a dit : je suis une mère indigne.
Mais pourquoi donc suis-je donc devenue subitement une mère indigne ?
Elle regarde Koh Lanta comme Elle veut, je lui ai offert le sweet-shirt à capuche bleu turquoise devant lequel ELLE a tourné dans le magasin, je ne suis pas montée depuis des lustres dans SA chambre pour l’inspection hebdomadaire mensuelle trimestrielle annuelle, je LUI ai glissé un billet de 10 € en douce pour la fête foraine que je déteste, je suis capable de LUI refaire sa tresse dix cinquante fois d'affilé et je râle beaucoup moins lorsque je LA vois se servir une assiette énorme dont je sais que, de toute évidence, ELLE ne la finira pas.
Je suis devenue une mère indigne tout simplement parce que je lui ai imposé de faire du latin, que le latin c'est nul, qu'elle n'a plus qu'une heure pour déjeuner les jours où elle a latin, ce qui - pour être totalement objective - se résume à un seul jour de la semaine, et surtout qu'elle fait semblant de ne pas comprendre à quoi ça va lui servir alors qu'elle est la première à poser les bonnes questions sur l'origine des mots, euh l'étymologie je crois, leur définition, qu'elle adore la mythologie. 
Je suis devenue une mère indigne parce que j'ai décidé à sa place que le latin l'aiderait à mieux maîtriser la langue française, son vocabulaire, sa grammaire et sa syntaxe, qu'il l'aiderait à développer son esprit logique et sa rigueur.
Oui j'ai forcé ma fille à faire du latin et j'en suis fière.
Je sais qu'un jour elle comprendra. Je sais qu'un jour elle me remerciera.
Alors … comment le dire ?
Tunc confiteor : ego sum mater ineptus sed ego assumpto*. 
* Traduction libre : alors oui je l'avoue, je suis une mère indigne et j'assume.



5 commentaires:

  1. Ha ha ha!! Nous avons connu cela ici avec notre première fille qui a finalement tenu la cadence plus qu'elle ne le croyait! La seconde l'a fait mais sans conviction pour mieux y revenir à la fac, où elle s'est finalement régalée! Bien sûr la vie te dira si tu as raison ou pas mais vraisemblablement ta fille a déjà en elle les gênes du latin!! ;-)) Bisous!

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article ! Eduquer c'est passer son temps à transiger^^ Par contre bien qu'étant Maman je comprends ta fille, le latin pfff quel pensum ! Bises.

    RépondreSupprimer
  3. Petit avantage dans le cher collège où est ta petite chérie c'est qu'en prenant latin elle fera le voyage en Italie !!!!! LOL .
    une brune qui t'adore

    RépondreSupprimer
  4. J'ai fait du latin de la 4è jusqu'à la terminale par obligation, j'ai détesté et il ne m'en reste rien, mais alors vraiment rien, alors que j'ai fait par la suite des études de langues.
    J'en ai longtemps voulu à mes parents pour tout ce temps perdu, j'aurais volontiers appris n'importe quelle autre langue, mais vivante! Ne torturez pas votre fille trop longtemps si elle n'accroche pas au latin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai détesté la physique et les maths aussi et pourtant cela faisait partie du bagage obligatoire. Le latin fait, à mon avis, tout autant partie du socle des indispensables… Et si c'était possible j'y rajouterais le grec ! Et le chinois, le russe, la musique, … il y a tant de matières dont il faudrait faire l'apprentissage. En fait je ne pense pas que ma fille souffre vraiment de ce choix imposé, elle met juste un point d'honneur à ne pas reconnaître que cela l'intéresse… Mais promis, je reverrais mes positions si je constate que, vraiment, elle déteste le latin :-)

      Supprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...