lundi 18 mai 2015

Je vous trouve très beau

© création Josefa fleuriste
Viorel recompte ses pièces, 1, 50, 20, 10, 5. Il a même récolté 1 centime. Quel est le rapiat qui lui a refilé ça ? 23 € et 26 centimes.
Allez encore trois ou quatre voitures, il va bien finir par arriver à 30.
Avec 25, il doit pouvoir payer, il restera 5 pour le dîner. Il ne pense plus qu'à ça depuis qu'il est passé devant ce matin.
- Beau, très beau, je vous trouve très beau…

Avant de venir ici, Oana se regardait dans le miroir, souriait et elle s'entraînait à répéter
-  Je vous trouve très beau…
Viorel la trouve très belle quand elle sourit, elle a cette petite fossette au creux de la joue droite. Il adore le sourire de sa grande sœur mais ce matin elle était encore triste. Oana a de moins en moins de lumière dans les yeux. Alors quand il est passé devant, il s'est dit qu'il allait lui offrir.
Oana va redevenir jolie.
Il n'a jamais vu des fleurs pareilles avec ces couleurs étranges venues d'ailleurs. Viorel s’est même demandé s’il les voyait à travers un filtre, comme avec les lunettes de soleil qu'il s'amuse à essayer sur le marché. Ou si elles étaient vraies. Elles ont la couleur du soleil levant, chez lui, sur la mer. Les autres, un peu décoiffées, ressemblent aux dessins qu'il voit accroché dans le restaurant japonais dont il nettoie les vitrines quelquefois. Sur l'enseigne, c'est écrit "Rêve de Geisha", il a mis du temps à déchiffrer. Il ne sait pas ce que ce mot veut dire.
Tiens voilà une belle pièce de 2 €. C'est une bunica aux cheveux gris, elle lui sourit derrière le pare-brise, il chante à tue-tête l'air qu'il a entendu au MacDo la veille. Trop beau. Il n'a pas retenu les paroles alors il invente.
- Geisha, geisha je vous trouve très beau geisha…
28 € et 26 centimes. Ça ira comme ça. Viorel vide son seau et range son éponge et son flacon de produit dedans. Il va se rincer les mains à la borne fontaine au bout de la rue mais le produit lui colle aux doigts.
Le magasin est un peu plus loin. A travers la vitre il l'aperçoit, ouf ! il est posé sur le comptoir de bois gris.
Viorel pousse la porte. Une jeune femme rousse est debout, un grand seau rempli d'eau, elle aussi…
- Bonjour… je peux vous aider
Viorel montre le bouquet :
- Je vous trouve très beau…
Elle sourit, un grand et beau sourire comme celui d'Oana lorsqu'elle croit à la vie.
Il pose toutes ses pièces sur le bois gris  et il la regarde
- Assez ?
Il a vite appris ce mot, assez, pas assez, assez, pas assez.
Elle a de la lumière dans les yeux, comme Oana quand elle va voir le bouquet.
- Mais oui… il y a même trop !
Lorsque la dame rousse a fini de l'emballer, Viorel prend le bouquet dans ses bras. Les fleurs sont vraies, elles sentent bon comme dans le jardin chez lui au printemps.
Avec ce qui lui reste, 8 € 29, il va même pouvoir payer le MacDo à Oana.
Ce soir, ça va être la fête des sourires !

#powerflower2015
Petite histoire de fleurs à partir d'une création originale de Josefa fleuriste et dans le cadre de l'initiative de Bernie Shoot 

1 commentaire:

  1. c'est une bien jolie création originale; merci pour cette belle participation

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...