dimanche 21 septembre 2014

Frissons


Dimanche soir, fin de semaine paire. 

Tout à l'heure, alors que je ramène ma petite chérie chez son père - mon grand, lui, a préféré faire les 6 kilomètres à pied. 
Nous sommes tranquillement en train de parler toutes les deux de son nouvel emploi du temps lorsque nous apercevons sur le bord de la route le premier monticule de betteraves. 
L'arrachage a donc commencé. 
Un peu plus tard dans la soirée, je vais rejoindre mon amoureux pour un dîner en tête à tête. Alors que je remonte la rue de son village, je suis surprise par un parfum que je reconnaîtrais entre mille. Celui d'un feu de cheminée. 
Malgré la veste jetée sur mes épaules, je frissonne. 

Ce soir, il manque quelques degrés. Subrepticement, l'été s'en est allé. 

7 commentaires:

  1. Toujours aussi beau ces montagnes de betteraves!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais le bonheur se cache parfois derrière ces montagnes de betteraves...

      Supprimer
    2. Comme quoi.... il y a des "trésors" bien cachés !!

      Supprimer
    3. … le bonheur est un trésor en effet pour qui parvient à le saisir et à ne pas le laisser s'envoler.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je suis d'accord aussi. Savoir regarder et voir, entendre ... Ne serait ce qu'un petit moment de bonheur simple qui embelli la journée, le garder quelque par gravé. Le Bonheur avec un grand B c'est un cumul de petits bonheurs glanés au fil de sa vie.

      Supprimer
  3. Des petits instants de la vie à savourer.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...