lundi 29 septembre 2014

Bon débarras

© Eric Gibory 


- Chéri, il faut que je t'avoue quelque chose : je viens d’acheter cette maison.
Il regarde la photo qui s'affiche sur l’écran de la tablette.
- Ecoute, j’ai eu un véritable coup de cœur : tu vois comme elle est belle !
- … et puis tu sais combien j’ai envie de changer de vie…
- Tu as bu ?
- Pas du tout, bien au contraire chéri, je n’ai jamais été aussi lucide. J'ai toujours rêvé d’une maison comme celle-là…
- Tu n’es pas sérieuse ?


- Evidemment, je conçois que le tournant t’apparaisse un peu… radical mais très franchement tu n’as aucun regret à avoir…
- ...
- … avec ce que nous allons gagner en qualité de vie d’autant que l’agence m’en a proposé un prix tout à fait abordable. Tiens même pas le prix de notre appartement. Cela nous laisse une marge confortable pour d’éventuels travaux…
- Comment ça le prix de notre appartement ?
- J’ai cru comprendre qu’il faudrait envisager quelques petits raccommodages de toiture…
- Tu n’as pas vendu l’appartement tout de même ?
- Un petit ravalement de façade aussi… 
- Tu as fait ça sans même m'en parler ?
- Peut-être quelques fenêtres à changer… 
- Pauvre vieille, tu es bonne à enfermer ! 
- Mais cette vue risque de nous changer la vie, tu ne trouves pas, chéri ? 
- Je te préviens ça ne va pas se passer comme ça…
- Plus de problème de voisinage.
- …
- De stationnement. 
- J'appelle le notaire… 
- Ce ne sera pas nécessaire mon chéri : puis-je te rappeler qu'il y a trente ans nous avions payé cet appartement avec l’argent de papa …
- Je ne me laisserai pas faire !
- … mais il me semble aussi que tu avais préféré laisser l’acte de propriété à mon nom pour une sombre histoire d’impôts...
- Qu'est-ce que tu me chantes ?
- … tout simplement que tu n'as plus guère le choix, chéri… 
- Tu rêves ! Tu nous imagines toi et moi, seuls dans cette sale baraque paumée ? 
- Un cauchemar plutôt… 
- Tu es folle à lier...
- Voilà des années que j'y pense. J'attendais l'occasion …
- Tu vas entendre parler de moi.
- … cette maison est à moi, rien qu'à moi : tu ne pensais tout de même pas que j'allais la partager avec toi ? 
- Je te quitte… 
- Enfin une parole sensée 
- …
- Non, surtout ne me remercie pas : bon débarras !

Evidemment toute similitude avec des personnes existantes ou blablabla… ne serait que le fruit de mon imagination. 

Et merci à mon ami Eric Gibory
qui m'a généreusement prêté cette magnifique photo.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...