dimanche 28 septembre 2014

Au bonheur des livres


J'aime les livres surprises… 

Ceux que je saisis au hasard dans un rayonnage de bibliothèque ou sur une table de libraire. Ceux qui ne répondent à aucun critère rationnel : "untel a aimé, unetelle m'a conseillé, j'ai lu la critique dans Lire, tiens j'ai entendu cet auteur à la radio…"
Non j'aime suivre un coup de cœur pour l'objet livre avant d'entrer dans son récit. Ou tout simplement laisser ma main décider pour moi de ce que je vais lire aujourd'hui. Me laisser embarquer par une quatrième de couverture.
Choisir un livre qui ne me ressemble pas.
Ne pas choisir justement.
Etre choisie par un livre 


Le plus bel endroit du monde est ici fait partie de ces choix qui n'en sont pas. Il fait partie de ces livres qui m'ont choisie. Et cela peut sembler d'autant plus curieux pour qui a lu ce livre et en connaît la teneur. Je veux parler du hasard des rencontres qui n'en est jamais vraiment un finalement.

En l'occurrence, j'ai d'abord aimé un titre qui m'a donné envie de pousser la porte de ce lieu magique.
Ensuite un graphisme de couverture un peu kitch et sucré comme la devanture d'un salon de thé et que j'aurais pu imaginer.
Ma curiosité a été aiguisée par une écriture à deux mains. Un récit à deux voix. Il est déjà difficile d'écrire seule alors à deux, l'exercice ne doit pas être évident !

Ensuite, je ne me suis pas précipitée sur ce livre immédiatement. Comme à mon habitude, je l'ai laissé traîné un petit moment près de mon lit dans la pile à lire. Ouvert une ou deux fois, reposé en attendant des jours plus propices.
Jusqu'à aujourd'hui, dimanche, où je l'ai choisi (à mon tour) pour me tenir compagnie dans mon hamac au soleil. Résistant à la tentation d'une petite sieste, je suis entrée dans son histoire, me suis laissée absorber par ce conte teinté de magie et de philosophie. Au point de ne pas répondre au téléphone qui sonnait et de ne pas écouter de musique, c'est dire.
Et je suis allée au bout sans d'autre regret qu'une écriture un peu décevante par moment. Mais rien de bien grave finalement. Puisque j'ai lu.
Et que cet après-midi, le plus bel endroit du monde était bel et bien là.

Petit extrait juste pour le plaisir 
- As-tu découvert ce qui a toujours lieu dans le présent ?
Elle aurait reconnu cette voix entre mille. C'était celle du magicien. Sa chevelure blanche étincela soudain dans le noir.
- En plus de la magie ?  demanda Iris, heureuse de le retrouver.
-  Bien plus important que cela.
-  Plus important que la magie ? Je ne vois que le….
( la suite tout de suite ? page 181 de l'édition Pocket)  
Le plus bel endroit du monde est ici, Francesc Miralles & Care Santos, traduit de l'espagnol par Alexandra Carrasco-Rahal, Fleuve Editions/Pocket, 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...