mercredi 18 décembre 2013

Voyeuse

Je roule dans la ville…

Il y a devant moi deux camions qui s'empêchent l'un l'autre de passer. Moi j'attends, je n'ai pas vraiment le choix. 
Je prends mon mal en patience. 
Je regarde sur la grande esplanade située à ma gauche - ici on appelle ça un mail - et je les vois. Ils marchent tous les deux côte à côte. Ils ont l'air heureux. Il sourit, elle parle. Tout a l'air de couler de source.  
Ils sont beaux. 
Ils portent tous les deux le même sac à dos Eastpack, gris pour lui, turquoise pour elle. 
Comme elle a grandi. Presque une jeune fille. Et lui, il a une assurance que je ne lui connais pas. 
Ils avancent dans cette rue comme ils avancent dans la vie. Et je pense soudain que c'est ainsi qu'ils sont lorsqu'ils sont sans moi. 
Je ressens comme un pincement au cœur. Je regarde une scène que je n'ai pas le droit de regarder. 
Je me sens voyeuse. 

Je regarde s'éloigner mes enfants.  



1 commentaire:

  1. Tu dis tout haut ce que l'on pense tout bas, ce que l'on ose pas voir nous autres parents. Voila, ils sont grands sans nous nos enfants, mais alors, jouent-ils un jeu à la maison? :-) Ce texte complète tendrement ta lettre ouverte, à nous autres parents chanceux (trop?) attentifs.
    Moi ça m’émeut et ça me réchauffe, j'en ai les cils humides.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...