mardi 24 décembre 2013

Je me souviens...



Je venais de lui écrire cette carte de vœux…

« Evidemment mes vœux pour vous concernent votre santé, vous vous en doutez, et j’espère que 2014 sera pour vous l’année de tous les redémarrages. Je serai heureuse d’avoir de vos nouvelles… »

Mon téléphone a ensuite sonné et je me suis demandé qui venait ainsi me déranger, un 24 décembre à près de midi alors que j'étais sur le départ.
- Bonjour, je suis madame T.
J’ai tout de suite compris pourquoi elle m’appelait.
- Mon mari m’avait demandé de vous prévenir personnellement. 

Depuis 2005, nous avions fait 6 bouquins ensemble, lui et moi. Ce n'est pas peu !

En 2009, j'avais réalisé pour lui son "Je me souviens… (suite)", inspiration libre de Georges Pérec et Joe Brainard. Un recueil de 480 souvenirs vrais que j'avais adoré lire et où j'avais découvert qu'il aimait en vrac les Beatles, le cyclisme, le parfum du mimosa, Marylin Monroe, la Nouvelle Vague, François Mitterrand, sa grand-mère, Antoine de Caunes… et tant d'autres choses.

Moi je l'aimais pour son verbe acéré, son humour pince sans rire et ses manuscrits toujours préparés avec soin. Il était tatillon, parfois pénible mais toujours reconnaissant de ce que j'avais fait pour lui. Il m'a transmis le virus du "tout le monde a le droit de se faire plaisir en publiant un livre sur lequel aucun éditeur ne miserait une bille…" 

Je lui dois une grande part de ce que j'entreprends aujourd'hui. 

Je me souviens que, dans le dernier message que je lui avais envoyé il y a peu, je lui avais enfin avoué qu'il était mon auteur préféré. Il m'avait répondu qu'il en était flatté mais que j'en aurai bien d'autres...

Alors pour reprendre l'exergue de l'un de ses livres, la vie continue. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...