jeudi 10 octobre 2013

Sale époque

Peu importe l'endroit, maintenant ça se passe comme ça... 

Je ne sais pas trop pourquoi tout à l'heure, je pousse la porte de son bureau vitré. Peut-être parce qu'il y a dix jours, on avait discuté tous les deux des rumeurs de plan social, des bruits qui, au fur et à mesure qu'ils couraient dans les couloirs, gonflaient plus vite que leur ombre... 
Bref je passe ma tête d'idiote et je lui dis 
- Salut, tu vas bien ?
Il me regarde un peu ... surpris? Non, désarmé plutôt. Il a toujours cet air touchant de grand gamin dégingandé qui ne l'a pas quitté depuis son arrivée dans la boîte, cette naïveté qui fait que je l'aime bien. 
- Beh, en fait, je pars demain... 
Vraiment idiote,  je réponds : 
- Tu plaisantes ? 
Il fouille dans la tonne de papier qui encombre son bureau et exhume un courrier à en-tête tout ce qu'il y a de plus sérieux. 
- J'ai eu ma lettre aujourd'hui et on m'a demandé de partir... demain. 
Tout à coup je vois les piles de dossiers autour, le désordre du placard ouvert derrière. 
- Sans préavis ?
- Je dois tout mettre en ordre avant ... demain. 
Je suis scotchée. Je cherche les mots, les bons mots, la phrase qui... Qu'est-ce que je peux lui dire ? Alors je prends un post-it et j'écris mon numéro de téléphone. 
- Au cas où... Ne reste pas seul surtout... 
J'ai peur pour lui. 
- Ne t'inquiète pas, j'ai un super ami, il s'appelle pole emploi... 
Son rire sonne faux. Un ricanement cynique qui ne lui ressemble pas. 
- Et puis j'ai commandé des chouquettes pour demain... X offre le champagne.... 
Totalement idiote, je dis :
- Le champagne ? Tu plaisantes ? 
Il me regarde interloqué : de lui ou moi, lequel est le plus naïf ? 
- Oui je plaisante. On n'offre pas le champagne à quelqu'un que l'on licencie.
Bafouille un truc. Je me sens toute petite. 
- Par contre les chouquettes, c'est vrai... 
Avoir pensé aux chouquettes... Il me tue !
Je sens qu'il a autre chose à dire. Je cherche un truc moi aussi. Mais il va plus vite que moi. 
- Tu sais, je ne pensais pas être le premier sur la liste...

Ce ton qu'il emploie : en quelques heures, il a vraiment grandi. 



1 commentaire:

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...