mercredi 7 octobre 2015

Les ateliers d'écriture Anticrise - Petit meurtre au collège


Où il sera question de l'assassinat sauvage d'un poisson rouge dans une classe de SVT. 
A partir d'une anecdote relatée par Lucie Pierrat, lauréate des Abeilles de Guerlain comme moi, j'ai lancé l'idée d'un atelier d'écriture. Première version, celle de Marc Breton...


L'anecdote -  Rentrée + deux semaines : où l'on découvre le poisson rouge du prof de SVT lâchement assassiné. Les collègues mènent l'enquête en 4C. L'élève Y  a une défense de tout premier choix : "C'est pas notre classe, m'sieur, j'étais retourné pendant tout le cours et personne ne s'est approché de l'aquarium."

                        Mister Fish, par Marc Breton                                       

Sur la porte de la salle de SVT, nouvellement repeinte, on avait punaisé une feuille A3 qui titrait en majuscules L’ AVIE DE LA MORT. Tout en bas un minuscule poisson rouge laissait échapper une bulle dans laquelle on pouvait lire, encadré par des guillemets larmoyants, JE SUIS MORT. Une autre bulle vint se superposer durant l'interclasse. Elle contenait une tache rouge et deux petits mots : mort assassiné. A midi une dizaine de bulles grimpaient jusqu’au sommet de la feuille. Elles criaient vengeance, affirmaient que le coupable serait démasqué, condamné, excommunié....

Mister Fish était décédé. Cela faisait bien deux ans qu’il tournait inlassablement dans un énorme bocal sur la table de Monsieur Sol, professeur de SVT. Il ne laissait rien paraitre du fait qu’il n'était pas mécontent de la disparition de l'animal. Il y avait toujours des disputes sur qui nourrit cette semaine et qui héberge pendant les vacances scolaires. A l’inverse, les enfants prenaient très mal la chose, ils restaient groupés autour de Marylène la responsable de Mister Fish pour cette semaine. Aussi le professeur comprit fort rapidement qu'il pouvait remiser sa leçon sur les volcans actifs. Plutôt que d'attendre un silence improbable, il frappa un grand coup sur la table et déclara aussitôt que l'on allait parler tous ensemble du sujet brûlant.

- Qui commence ?
Pratiquement toutes les mains se levèrent.
- Monsieur c'est un crime et on a même essayé de dissimuler le corps.
- C’est quelqu'un de pas très malin, car il aurait dû penser que quand on aurait besoin de l'éponge on découvrirait le cadavre.
-Moi je l'aurais camouflé dans le local des poubelles, ajouta Claude, qui ne se sachant catalogué dans la catégorie des pas très malin, voulut écarter les soupçons.
-Il faut faire une enquête sérieuse, comme à la télé.

Le professeur demanda à chacun de regagner sa place et il essaya de calmer les esprits en émettant l'hypothèse que le poisson était peut-être mort d'une façon naturelle et que quelqu'un le voyant flotter les nageoires en croix l'avait naturellement jeté à la poubelle. Il n'obtint pour tout commentaire que quelques secondes de calme avant qu'un enfant reprenne.

- Qui a vu Mister fish en dernier ?
- Qui lui en voulait ?

Un finaud ajouta qu’il faudrait connaître ses derniers mots et aussi l’alibi d'Enzo qui avait souvent affirmé que ce poisson rouge était sa bête noire.
Enzo avoua qu'il considérait les poissons comme des animaux complètement cons, mais de la à tuer tous les c. o. n …
- Qui avait intérêt a sa mort ?
- Il a encore l'œil brillant, le crime est tout récent.

Après toutes ces réflexions le mystère ne s'éclaircissait guère et le point d'achoppement restait pourquoi ne pas avoir fait disparaitre le corps. On évoquait une mise en scène,de la provocation, le désir de nuire à la 4C. Une grosse majorité se rassemblait sur l’hypothèse que cela venait des gars de la 4A. Depuis plusieurs promotions, les 4A et les 4C ne s'aimaient pas et personne ne savait vraiment pourquoi.
- Comment seraient ils rentrés dans la classe avant 8 heures ?
- Qui a les clés pour pénétrer dans la classe ?
- Monsieur le principal, le concierge et moi répondit Monsieur Sol. 

Un silence glacial suivit cette affirmation.
- Vous ne croyez tout de même pas que c'est Monsieur le principal ?
Marylène reprit la parole la première.
- Ne vous inquiétez pas m’sieur, mais je viens d’avoir une intuition. N'importe comment, cela ne ramènera pas Mister Fish à la vie. On ferait mieux de travailler. C'est petit, mais c'est petit.
Monsieur Sol demanda donc à ses élèves d'ouvrir leur livre à la page 242. Le cours se déroula dans un calme inhabituel.

Beaucoup étaient au courant que Marylène venait de larguer son petit ami. Elle lui avait dit qu’elle préférait s’occuper du poisson rouge plutôt que de sortir avec lui et qu’elle préférait la conversation du poisson à la sienne. Il était en 4A. C'était le fils du concierge.


Et vous, quelle est votre version des faits ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...