mardi 8 juillet 2014

Les petites morts

Oreilles chastes s'abstenir !

La petite mort : frisson,  orgasme. 
Lundi 30 juin, 8 h 54, Les petites morts*. C'est la nouvelle programmation estivale de France Inter. 

Jamais entendu parler de vous, Pierre Lapointe !
Y-a-t-il quelqu’un qui m’entende ? Est-ce que je suis la seule sur cette planète à avoir jusqu’alors tout ignoré de votre existence ?

Ah ! ce que vous m'agacez avec votre accent à couper un orignal à la hache, vous «le chanteur populaire québécois préféré des Français» ? J’vous en ficherais moi : comment pensez-vous rivaliser avec un Charlebois, un Vigneault ... Pffff !

Heureusement pour vous, le ridicule ne tue pas … Vous croyez vraiment qu’avec vos jeux de mots à deux piastres, vos chansons revisitées, vos petits arrangements de guitare (mes excuses confuses à François Lasserre), vous allez réussir à me conduire à l’orgasme ? Présomptueux va !

Petite mort ? Petite mort toi-même ! Il va falloir retrousser ses manches, Pierre Lapointe, parce qu'en plus, si j'ai bien suivi l'histoire, vous allez durer tout l’été.

Au niveau des préliminaires, avouez que vous avez un peu bâclé l'affaire et ni votre duo avec Mathieu Chedid - même si c'était pas mal - ni votre interprétation du mal de vivre de Barbara ne m'ont conduite au Nirvana. J'avoue que j'ai bien failli me laisser embarquer par votre reprise d'Il venait d'avoir 18 ans ou votre Lindbergh de Charlebois…

Mais bon, je suis parvenue à me retenir et même si vous effleurez et caressez tout ce que j'aime, croyez-vous vraiment que cela suffise pour me faire craquer ? 

Et puis il y a eu ce matin, mardi 8 juillet 2014 et votre Vive Bashung.
Pourtant on ne touche pas à Bashung, Bashung est un sanctuaire, vous avez bien entendu espèce de morveux* de la chanson francophone !
- Eh toi !
 (Tiens voilà que je te tutoie, il paraît que ça se fait dans ton pays)
-… oui toi avec Christine & the Queens, tu as osé… 
Comment osez-vous …
Osez, osez, osez, osez…
Oui tu as osé, Pierre Lapointe, comme un amoureux éconduit qui persévère, à force de maladresses, de tendresse, de passion. Et dont la persévérance finit par payer.
Enfin. Tu y es parvenu.
Le nirvana, le paradis, le pied, l'extase, le grand frisson.
… Soupirs… 

Alors je te le dis, je te l'écris et je le publie, je t'en conjure, je t'en supplie, je gémis.
Ose oser encore et toujours comme ce matin.
Je crie ENCORE ! Encore, encore. Oui, oui, oui, encore… encore… encore… ose…
Ça c'est la petite mort !


*Les petites morts, nouveau programme de la grille estivale de France Inter, du lundi au vendredi, 8 h 54
*33 ans… Est-on vraiment sérieux à 33 ans ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...