mercredi 16 décembre 2015

Katrin Acou-Bouaziz

Le livre du bonheur

08h00. Elle va devoir tout recommencer dans le calme d’une maison vide, à peine réchauffée par les effluves de feu de bois de la veille. Elle sirote son café noir face aux arbres gelés. L’hiver l’agresse de loin, maussade. Elle prend son livre. Elle l’ouvre, certaine d’y trouver l’énergie, le sel des heures nouvelles.

12h00. Des rayons blancs réchauffent sa peau dans la file d’attente du marchand de légumes.
Elle a repris son livre là où elle l’avait corné plus tôt. « Alors, on ne lâche pas son bouquin ma p’tite dame ? ». Elle s’excuse, glisse son doigt en marque-page. Se replonge dans le texte une fois dans sa voiture. Les idées lui font l’effet d’une sieste sur la plage, la laissent rêveuse, apaisée par la promesse de plaisirs infimes.

17h00. Biscuits à ramollir dans le lait, écritures serrées aux boucles rondes et parterre de jouets. Il fait orange dans le séjour et la pluie martèle l’herbe grasse d’un air de défi.

Elle ouvre encore son livre. Jette un coup d’œil sur sa recette, soulève le couvercle de la casserole, respire le parfum du bonheur, volatile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...