mardi 15 décembre 2015

Fabienne Boidot-Forget


Les lundis d'Amédée Grivert

Mima la Rousse avait 19 ans lorsqu’elle commença à vendre son corps. Elle exerçait son commerce dans une camionnette verte stationnée sur la route de Jargeau.
La première fois qu’elle avait reçu la visite d’Amédée Grivert, un lundi après-midi, il lui avait apporté un livre. Il s’était assis dans le fauteuil rose et avait dit :
- Lis…
Mima n’avait pas lu depuis l’école, elle ânonnait.
- Non, lis pour toi.
La moue boudeuse, elle avait d’abord fait semblant.
Mais à la page 3, elle avait éclaté de rire.
Amédée était revenu le lundi suivant avec un autre livre. S’était assis dans le fauteuil rose.
- Lis…
A la fin du chapitre 6, Mima pleurait toutes les larmes de son corps.
Le lundi suivant, celui d’après, et ainsi de suite, il avait apporté d’autres livres. Et toujours il disait :
- Lis…
Assis dans le fauteuil rose, il regardait Mima la Rousse faire l’amour aux livres de sa vie.

Cela dura jusqu’à la mort d’Amédée Grivert, libraire à Jargeau. C’était son plaisir du lundi, jour de fermeture de la librairie.

1 commentaire:

  1. Alors là, chapeau ! Je sais pas ce qui leur fallait de plus à Radio France. C'est presque un scénario de film ta nouvelle ;) Bises et merci du partage :)

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...