lundi 19 janvier 2015

Red boots


Eh les girls, c’est pour vous !
Enfin surtout pour toi miss Stiletto, et tu dois savoir pourquoi ;-)
Peut-être que tu vas être jalouse. Peut-être que ça ne te fera ni chaud ni froid. Alors tant pis, même si je me je trompe, il faut que je te raconte…
Mon amoureux m’a offert ces bottines rouges*. Tout cuir, avec un petit pompon, des zips, des petits clous façon laiton vieilli et un cuir plus doux que ma peau de bébé.
Je crois que je pourrais dormir avec (les bottines parce que ma peau je dors avec toutes les nuits). Je ne les quitte plus. Je les porte avec tout, jean, jupette, robe, leggings, pyjama, maillot de bain, peignoir... Je les caresse du regard, de la main.
Je me jette sur elles au réveil. Je les admire derrière la vitre embuée de la douche.
Je marche, je cours, je vole. Je croise, je décroise les jambes.
Je sautille et hop, les boots sur mon bureau au nez de ma boss… j'adore son regard presque extatique à la vue de ces pieds rouges.
Je trouve n’importe quel prétexte pour aller à l’autre bout de l’usine, juste pour le plaisir de traverser le couloir et de passer devant le grand miroir…
Ralentir, jeter un coup d’œil, admirer…
Elles sont belles. 
Elles étaient faites pour moi et je ne le savais pas. 
Je n'aurais jamais pensé qu'elles existaient mais lui, il les a trouvées. Il les a choisies. Il les a achetées et...
Ça me rappelle bien quelque chose … Une histoire de prince charmant, de cendrillon. Oui c'est ça : une princesse qui aurait enfin trouvé chaussure à son pied ! 

* Euh, sur la photo, elles sont beaucoup moins belles que dans la vraie vie ! Ce n'est pas de leur faute si elles ne sont pas photogéniques, les pauvrettes !

PS. Histoire de fille (suite). J’ai offert un pull (en solde) à ma fifille. Elle ne le quitte pas. Je la soupçonne même de dormir avec. Elle l’a fait laver par son père (qui n’est pas en grève de lavage, lui). Elle l’enlève, le remet… Et hier soir, elle a eu ces mots : maman, c'est le pull de ma vie. Je n'aurais pas pu passer à côté ! 


1 commentaire:

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...