lundi 5 janvier 2015

Histoire d'un soir



Vendredi 17 h 15. Dans 10 minutes je serai en retard à l'audition musique de ma fille et je suis encore chez le vétérinaire entre un labrador et un Beauceron à attendre les "croquettes-qu'il-faut" pour ma chienne adorée. Et pas moyen de prévenir qui que ce soit, pas de réseau. Tant pis je me lance, je brûle le Beauceron au guichet au paiement carte bleue, je saute dans ma Twingo et je me faufile dans le brouillard jusqu'à la salle des fêtes. Trois kilomètres ! On pourrait croire que ce n'est pas grand-chose.
Contexte hivernal, pluie, froid, visibilité réduite.
Inquiétant halo dans les phares, une épaisse et grande silhouette a priori masculine me fait des signes. N'écoutant que ma stupide humanité, je m'arrête 50 mètres plus loin et ouvre ma vitre passager en l'attendant, courant dans le rétroviseur.
- Bonsoir, vous allez jusqu'au centre-ville ? Je vais à l'auditorium.
Nous étions deux à être en retard aux auditions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...