vendredi 14 février 2014

Amoureuse (toujours)



Je rentre chez moi et je me dis qu'avant je me raillais de la Saint-Valentin. 

- C'est nul comme fête…
- Comme si on devait être amoureux une fois l'an !
- Franchement, ça craint : aller au restaurant juste ce jour-là…
- Et les roses rouges… c'est tous les jours qu'il faut en offrir quand on aime !
- Pffff… du marketing tout simplement !
- C'est comme la fête des grands-mères, ça fait vivre les fleuristes!
- N'importe quoi : quand on aime, on n'attend pas le 14 du mois pour le dire…
- Et bien elle doit être triste leur vie !
- Je suis au-dessus de tout ça !
- Les petits cupidons qui soufflent de leur petites joues rebondies des petits nuages sucrés…
- Ridicule ! c'est ridicule !
- Pas de cadeau ce jour-là, surtout pas !
- … des fleurs encore moins…
- Jamais je ne sortirai un soir de Saint-Valentin : hors de question !
- C'est vrai que quand on aime, on ne compte pas…
- Comme si c'était une affaire de calendrier ou une histoire de date de péremption…
- Une attention dans l'année, ça fait radin en plus !
- … pire de limite de consommation…
- Non, non, non : moi je ne mange pas de ce pain là ! Je laisse ça aux autres, à ceux qui …

J'ouvre la porte et je les vois. Une brassée de roses mauves et orangées, déposée sur ma table. Des couleurs rares. Je te reconnais bien là.

C'était avant tout ça.

2 commentaires:

  1. les roses c'est comme l'amour... elles sont belles, s'épanouissent, se fanent et ne reste que les épines!...

    RépondreSupprimer
  2. les roses, l'amour, les épines, c'est comme beaucoup de choses : tout dépend de ce qu'on en fait, de ce qu'on y met. Finalement ça ne dépend que de soi même.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...