vendredi 23 août 2013

Nu-pieds...

Ce matin, je me trouve plutôt séduisante. 

Enfin je me plais, quoi... Je porte une de mes jupes fétiches, des fleurs de couleurs qui tournent autour de mes jambes encore dorées avec des petites sandales qui me font le pied léger et l'esprit conquérant. 
Jusque-là tout va bien. Quand soudain, au détour d'un couloir de ma petite entreprise, je croise un de mes collègues*. 
Deux bises, comment ça va et quelques bla bla bla plus tard : 
- Euh je peux te dire quelque chose...
Je tends l'oreille. 
- Avec une jupe comme tu as, tu devrais mettre des talons...
Des talons ? C'est vrai que j'en mets peu. Au diable la tyrannie de la hauteur ! 
- Tu es grande... 
Justement je trouve que je le suis bien assez comme ça. 
- ... et cela t'affinerait la jambe...
Merdum... je ne m'en suis pas rendu compte : ma jambe est donc devenue épaisse. 
- ... avec ces sandales ta démarche fait penser à celle d'... 
S'il savait... Mes Pikolinos... la bride rouge, les petites lanières tressées bleu et jaune, tout cuir, je les aime.
-... un plantigrade...
Je pense très fort qu'il n'y va pas de main morte mais qu'est-ce que je peux répondre à ça ? Fort à propos, je pourrais entamer à tue-tête "Il en faut vraiment peu pour être heureux..." Mais non, beaucoup plus platement, je tourne les talons. 

Je cogite, je cogite. Toute la journée, je fixe mes pieds, j'observe ma démarche. 
Comment ça marche un plantigrade ? 

Quelques heures plus tard, à l'abri des regards indiscrets, je viens de m'immerger dans le dictionnaire. 
"Plantigrade : qui marche en appuyant sur le sol toute la plante du pied et non pas seulement les doigts". 
Je soupire. Je savoure. Je caresse du regard mes petits nu-pieds. Il faudra quand même que je pense à lui dire. Lui glisser incidemment, comme ça, au détour d'un couloir 
- Tu sais, nous sommes tous des plantigrades... 
Et le planter comme ça... 
... à moins d'être une danseuse étoile du Bolchoï, un petit Rat de l'Opéra...
Satisfaite, contente de moi malgré le décalage. 

Bon ce n'est pas tout mais qu'est-ce que je vais mettre demain ? Peut-être bien ma jupe à pois avec mes sandales, à talons cette fois... 
Demain ? Je tente une nouvelle démarche, celle de l'échassier !

*et néanmoins ami !

2 commentaires:

  1. Avant l'utilisation du terme 'plantigrade', je t'ai parlé d'une démarche d’élève de primaire et t'ai dit aussi que c'était le regard de l'homme qui parlait et non l'ami, que tes sandales ne te donnaient pas la démarche souple et féminine que j'avais l'habitude de de voir user. (peut être un souvenir proustien chez moi d'une cours de récré en mai/juin 1979).
    Et comme tu ne modélisais c'est là que le terme plantigrade est venu s’immiscer dans la conversation. Et toi, derechef, dans ton esprit mettre sur la platine la chanson de Baloo.

    Tu étais là toute brune, bronzée, fleurie, un petit haut moulant et... je ne te retrouvais pas et j'ai incriminé tes sandales.Franchise à la c... pardon si je t'ai blessée.

    C'était peut-être le poids de la mi-matinée déjà chargée pour toi du coté 'pro'.

    D’ailleurs ta jupe du jour n'est pas à pois mais corail.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...