lundi 15 décembre 2014

Nommé désir


Je viens de regarder Un tramway nommé Désir.

A chaque fois que je revois ce film, je suis extrêmement troublée. Troublée par la moiteur de son univers. Par la violence qui s'en dégage. Par sa modernité dans l'observation de la folie.
Elia Kazan rend palpable l'atmosphère du texte de Tennessee Williams. Vivian Leigh-Blanche Dubois est sublime de fragilité et de névrose. Marlon Brando-Stanley Kowalski, qui incarne l'animalité à l'état pur, n'est et ne sera plus jamais aussi beau.
Un tramway nommé Désir est comme un diamant brut. Coupant, étincelant, remarquable.  Douloureux aussi.
A chaque fois que le film se termine, j'ai mal.

Un tramway nommé Désir, Elia Kazan, Etats-Unis, 1951, avec Vivian Leigh, Marlon Brando,  Kim Hunter, Karl Malden.
Oscars de la meilleure actrice, de la meilleur actrice de second rôle, du meilleur acteur de second rôle, de la direction artistique.

1 commentaire:

  1. Ce film, j'en ai entendu parlé, je le connais de nom mais j'avoue ne pas l'avoir regardé (je ne suis pas trop "vieux film"). Il a l'air de t'avoir marqué en tout cas! Du coup, un jour peut-être je tenterai.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...