dimanche 10 août 2014

A propos des oreillers

Mon amoureux a acheté un nouvel oreiller pour moi.

Au supermarché, rayon maison. 16 € en promotion.
- C'est un oreiller mémoire...
Quand il me dit ça, je sursaute.
- Un oreiller mémoire ?
J'ai peur. Je m'inquiète. J'imagine un oreiller qui, nuit après nuit, va m'entraîner dans les entrailles de ma mémoire.
J'imagine déjà le tableau : j'aurai à peine posé ma tête dessus, une profonde envie de m'endormir, et hop ! la sarabande va se mettre en branle.
Ils vont tous rappliquer, les bons, les mauvais, les tristes, les joyeux, les déplaisants, ceux que j'ai planqués dans un petit coin, que je n'ai pas envie de voir revenir. Les souvenirs dont je ne veux pas me souvenir.
Ça va être l'anarchie. Une cacophonie mémorable. Nuit après nuit. Une chausse-trappe à insomnies.
- Mais pourquoi as-tu acheté ce truc-là ?
Il me regarde, l'air circonspect.
- Ce n'est pas toi qui te plaignais d'avoir mal aux cervicales ?
- Pardon ?
- … alors comme dans ton cas, on préconise un oreiller mémoire de forme, j'ai acheté ce … truc-là !

Oups !… Il a belle mémoire, cet amoureux … et moi, j'ai très bien dormi.


2 commentaires:

  1. La mémoire ne recèle pas uniquement des mauvais souvenirs! L'oreiller peut être magique si l'esprit qui s'y repose est positif....et les bons souvenirs surgiront comme par enchantement! Il suffit de ne pas les occulter ou les refuser...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai écrit les mauvais mais aussi les bons, les joyeux ...

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...