samedi 30 novembre 2013

Maman, j'ai un truc à te dire...

Comment l’as-tu rencontré ? m’avait demandé ma mère il y a quelque temps.

Je n’avais pas osé lui répondre.
Comment dit-on ces choses-là à sa mère ? Une mère bien sous tout rapport. Je sentais que j’allais encore la bousculer. Alors je m’étais défilée une première fois.
- Maman… il faut que je t’avoue…
Non ce n’était pas évident.
- Vous avez l’air si bien ensemble.  Il semble beaucoup t’aimer…
- Chez des amis…
Cela pouvait faire illusion. Elle était suffisamment discrète pour en rester là. Mais c’était sans compter sur les questions de mes chéris.
- Mais c’était chez qui ?
- Quand ?
- Où ?
Une avalanche de points d'interrogation fusait : comment l'esquiver ? A force cela devenait stupide. Je m'étais embringuée dans une impasse. 
- On les connaît ces amis ? 
- Forcément qu'on doit les connaître… 
Ma mère, elle, n'avait pas insisté. 
- C'était une semaine où on était chez papa ? 
Si je ne pouvais pas leur avouer à eux - ils avaient le bénéfice de l'âge et puis ils étaient mes enfants -, ma mère quand même, avec tout ce que nous avions partagé, elle était capable de l'entendre. 
Et plus le temps passait, plus je pensais qu'elle comprendrait. D'autant qu'il n'y avait rien d'honteux. Non vraiment rien. C'était une belle histoire et il n'y avait rien d'honteux à être heureux. 
Evidemment, le truc, c'est que ça faisait encore sourire. Même si c'était entré dans les mœurs et qu'autour de moi, j'en connaissais quelques-uns, des couples qui s'étaient formés comme "ça" et finalement, "ça" avait eu l'air de bien marcher pour eux. 
C'était rassurant pour tout le monde. Et  franchement, pour une mère, être rassurée c'est ce qui compte le plus, non ?
Alors le pourquoi du comment, le "ça", pas la peine de se mettre la rate au court-bouillon. Finalement c'était évident. J'en étais à attendre qu'elle me repose sa question. 
- Comment l'as-tu rencontré ? 
Cette fois, je lui répondrais. 
- Maman, j'ai un truc à te dire… 
Peut-être même que "ça" la ferait sourire. De toute façon, ma mère est formidable. 
Oui je lui répondrais. Sans rougir. Sans frémir. Parce que c'était incroyable comme histoire et que je n'en revenais toujours pas. 
- … on s'est rencontré sur Meetic. Il habitait à 14 km de chez moi et je ne le savais pas...

1 commentaire:

  1. Oh pinaise, je suis le 10 004 ème visiteur, j'ai loupé les 10 000... flûte il me reste à attendre les 20 000.

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...