dimanche 28 juillet 2013

Saudade...


Il paraît que j'écris mieux quand je suis triste. 

Mais bon c'est ton avis, toi, l'une de mes meilleures amies. En tout cas c'est ce que tu m'as dit la semaine passée lorsque j'affichais ici que j'étais bêtement heureuse. 
Béate de petites choses banales et anodines mais qui m'avaient rempli le coeur.  
En fait, pour tout te dire, je ne sais pas si j'écris bien ou mal parce que j'écris lorsque les mots me viennent et que dans ma tête j'entends leur musique. Et celle des phrases qui se construisent au gré de mon humeur. Ou plutôt de mes humeurs. 
Et bien ce soir, je ne sais pas si je vais bien écrire, mais en tout cas, je suis triste. Un bon coup de tristesse, de spleen, de blues, de tout ce que tu voudras. Tous les synonymes que tu trouveras dans le dictionnaire feront l'affaire.
Beh oui ce soir, je suis là chez moi avec d'un côté ma petite chérie qui bouquine et de l'autre mon grand qui joue au tennis sur la console. 
De temps en temps, il y en a un qui parle. Une phrase par ci par là... Un éclat de rire aussi ou un échange un peu plus vif. 
Je me dis que, finalement, ce soir, on ressemble presque à une famille ordinaire. 
Et pourtant, ce soir, oui j'ose l'écrire : je suis triste. Non ce n'est pas l'orage qui gronde dehors ou cette sacrée averse qui vient d'inonder ma cour et coucher mes fleurs (dire qu'il y a une petite demi-heure je me demandais si je devais arroser). Ni ce ciel drôlement rouge avec une nuance presque inquiétante. Non, rien à craindre de ce côté-là, le chien est sagement couché sur le carrelage de l'entrée.  
Cette tristesse, c'est celle qui me prend à chaque séparation d'avec eux, chaque départ une semaine sur deux, cet apprentissage permanent de l'absence, du manque. 
Celle qui me fait écrire aussi...
Bien ou mal, je ne sais plus trop. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...