vendredi 5 juin 2015

Les Abeilles de Guerlain


Hier soir, j’étais à la remise du prix des Abeilles de Guerlain*. 

Cendrillon vient de rentrer chez elle épuisée, lessivée, et pour cause, le périph était fermé, les extérieurs totalement bouchés, elle a passé plus de deux heures dans sa citrouille. Et les douze coups de minuit ont sonné depuis belle lurette lorsqu’elle repousse enfin la porte de sa masure.
Elle enlève ses pantoufles de vair. Les pieds nus sur le carrelage frais, quel bonheur ! Il a fait très chaud ce soir et ses chevilles sont légèrement gonflées… Rien d’anormal compte tenu de l’affluence de compliments reçus tout au long de la soirée.


Elle vient de vivre une soirée de toute beauté



Elle ôte la petite veste noire et blanche achetée pour l’occasion. Une autre lauréate portait exactement la même, tant mieux que ce soit elle, elle a beaucoup aimé sa nouvelle Le Temps perdu et le temps retrouvé. Elle ne lui en veut guère. De toute façon elle est incapable ce soir d'une quelconque amertume.

Elle est comblée


Elle scrute le flacon, objet de convoitise, sous toutes ses coutures. Il vaut bien son pesant d’or, le raffinement dans toute sa splendeur.
Elle s’allonge sur le canapé, un acte réparateur qui, immédiatement, enclenche un tumulte de questions dans son cerveau : combien peut-il coûter ? Elle a entendu un lauréat parler de 900 €… Peu importe, de toute façon elle n’a aucune intention de le vendre. Où va-t-elle le poser ? Il lui faudrait une salle de bains impériale pour écrin. Ce n’est pas le cas de la sienne, difficile de faire plus basique. Pourquoi les meilleurs moments de la vie passent-ils à la vitesse de l’éclair ? N’aurait-elle pas dû rester un peu plus longtemps ? Elle n’a peut-être pas assez échangé avec les uns et les autres. Elle n’est jamais à l’aise dans ces mondanités.

Toute la soirée elle a évolué comme dans un rêve


A ce moment précis, inévitablement, surgit la question qu’elle n’a pas forcément envie de se poser maintenant, tout de suite, mais qu’il va bien falloir qu’elle se pose à un moment ou un autre…
Et maintenant qu’est-ce qu’elle fait ? Maintenant, après le Prix…

Demain, elle y pensera demain. Pour l’heure, Cendrillon va tenter de s'endormir. Et savourer la magie de cette soirée. Elle a encore des abeilles plein les yeux.

#abeillesdeguerlain


Mémoire olfactive
Les Abeilles de Guerlain,
Nouvelles
Le Cherche Midi
Collection Hors-collection
Préface : Erik ORSENNA
Disponible le 15 mai 2015
ISBN : 978-2-7491-4270-8
17,80 € ttc
Ces nouvelles ont été sélectionnées à l'issue d'un concours organisé par la Maison Guerlain et le cherche midi éditeur. L'ensemble des droits d'auteur sera reversé aux Restos du Coeur pour leur atelier de lutte contre l'illettrisme.

4 commentaires:

  1. Moi, je n'avais aucun doute, je l'aime tellement cette nouvelle ! elle parle a tout le monde non ?
    Isa

    RépondreSupprimer
  2. L'autre lauréate8 juin 2015 à 22:23

    La veste identique était une preuve indiscutable de bon goût : je viens de relire Pension Les Glycines, je me rappelais que j'avais été émue et la seconde lecture le confirme : c'est vraiment un bon texte ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci autre lauréate :-) dans le registre du compliment, j'ai aimé sens dessus dessous dès la première lecture, belle imagination, joli cynisme et chute cruelle… une écriture enlevée, tout fonctionne à merveille. Une très bonne nouvelle.

      Supprimer
  3. Pour Cendrillon une seule solution relaxante : LA LECTURE. Saviez-vous que mon premier livre ÉTRANGES NOUVELLES vient de ressortir chez MON PETIT ÉDITEUR ?
    C’est un recueil de 24 nouvelles, parfois drôles, étranges ou fantastiques dont, pour certaines, vous pourrez imaginer une fin. Disponible dans les bonnes et même mauvaises librairies… http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342037937

    RépondreSupprimer

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...