mercredi 7 mai 2014

Larmes de crocodile


C’est marrant, au cinéma, il y a les films de filles et les films d’hommes. 
Le distinguo est relativement simple.


Dans les films d’hommes, on parle de femmes ou on se tire dessus. Les voitures roulent vite, explosent. Ça fait du bruit, les pneus crissent et les femmes sont pulpeuses, maquillées, souvent blondes, court vêtues et toujours bien foutues.

Dans les films de filles, objectivement, c’est plus subtil. On y raconte des histoires d’amour qui finissent parfois bien parfois mal, c’est selon, où les hommes sont des bruns ténébreux pas forcément bien foutus mais quand même un peu. Les femmes ont des copines, des sœurs ou des mères et elles échangent des confidences en buvant du thé ou du champagne. Elles pleurent, rigolent et parlent beaucoup de mode ou des hommes en écoutant la musique qu’elles aiment.

Partant de là, on peut le dire : les films d’hommes ne sont pas faits pour les filles et les films de filles ne sont pas faits pour les hommes.

Donc hier soir, j’ai vu un film de filles, un film de copines. Un film sans prétention intellectuelle. Sans prise de tête. Mais un film qui m'a fait rêver, rire, pleurer, trembler. Un film dont j'aurais rêvé d'être l'héroïne, je vous laisse imaginer laquelle. Un film avec des bruns ténébreux, des copines, des sœurs, des mères, du champagne et du thé. Un film où, à partir du moment où je me suis assise dans mon fauteuil, je n’ai eu qu’à me laisser porter par l’histoire.

Pour faire un aparté, dans le registre littéraire, on appelle ça un roman de plage. 

D'ailleurs pendant l'été 2007, j'avais lu sur une plage normande le livre dont a été tiré le scénario du film en question. Je n'ai pas le souvenir qu'il y faisait très chaud mais je n'arrivais pas à quitter mon livre, ce qui en général est plutôt bon signe. A mon retour de vacances, j'avais eu avec deux personnes prétendument "lettrées" un échange qui avait vite tourné court …
- Tu lis du Pancol toi ?
Le ton était étonné, presque offusqué. Alors moi, comme si j'avouais un secret honteux, j'avais répondu à ces deux prétentieux
- Oui … j'aime bien Pancol, elle m'emmène dans ses histoires, je m'évade tout simplement…

Donc pour revenir au sujet qui nous intéresse, hier soir avec ma copine, j'ai vu Les yeux jaunes des crocodiles. Et n'en déplaise à la critique, aux intellectuels et aux bien-lisants, je l'écris haut et fort, intelligiblement : oui j'aime bien Pancol et je la remercie d'avoir écrit ce livre, j'aime bien le film qui a été tourné, je trouve le casting très judicieux, j'ai passé un excellent moment et maintenant, j'attends la suite tout simplement.

A bon entendeur, salut !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'aime quand vous me laissez vos commentaires...